Le Tour Du Monde en 80 Jours : L’histoire de Trois Projets

Pendant la pandémie, alors qu’une grande partie des secteurs du voyage et du divertissement étaient en veilleuse, Thinkwell Studio Montréal faisait des heures supplémentaires.

En 18 mois seulement et sous le coup de protocoles stricts liés à la COVID-19 et de fermetures de frontières, Thinkwell Studio Montréal a donné vie à trois projets uniques dans trois villes nord-américaines : Currents: Niagara’s Power Transformed, 1600 °C : l’épreuve du feu et Parc Oméga – lancés sur une période de 80 jours.

Même si les trois projets ont largement fait appel à des technologies novatrices, chacun avait ses objectifs et paramètres particuliers. Mais Thinkwell Studio Montréal était prêt à relever le défi et, malgré le confinement, les mesures de distanciation et la fermeture de frontières, a conçu, développé et intégré les trois projets avec un grand succès.

Au lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice, Thinkwell a créé et installé l’expérience multimédia interactive 1600 °C : l’épreuve du feu, qui invite les visiteurs à jouer le rôle d’un forgeron. Se tenant devant un écran et guidés par les instructions du maître fondeur, les visiteurs voient leur avatar recréer leurs gestes en temps réel au moyen d’une technologie de suivi des utilisateurs et de l’intelligence artificielle (IA).

Il a fallu, avant le lancement, tester les fonctionnalités interactives, former l’IA et permettre à cette dernière d’apprendre les mouvements des visiteurs – pour ce faire, Thinkwell a aussi installé un prototype et une maquette de l’expérience.

Pendant ce temps, 800 km plus loin, à Niagara Falls, Thinkwell travaillait à une autre expérience interactive faisant appel au suivi en temps réel des visiteurs. Mais cette fois, l’eau remplaçait le feu. Currents: Niagara’s Power Transformed est un spectacle multimédia son et lumière grandiose qui recrée l’impressionnante transformation de l’eau en électricité. Cette expérience, comme c’est le cas pour 1600 °C : l’épreuve du feu, utilise des technologies réactives qui suivent les mouvements des visiteurs avec des projections interactives au sol grâce à des solutions logicielles d’autocalibration sur mesure.

Pour réaliser les projections interactives au sol, Thinkwell a dû créer une maquette à l’échelle et inviter des testeurs à mettre à l’essai le logiciel d’autocalibration sur mesure. Des tests plus poussés ont été menés pendant l’intégration pour tenir compte des conditions réelles d’une centrale, d’artéfacts et d’accessoires centenaires.

La situation du Parc Oméga présentait d’autres difficultés. Si les deux autres expériences étaient intérieures, celle-ci était extérieure, en pleine forêt. Pour survivre à l’hiver québécois, la technologie devait être à l’épreuve des intempéries, dont la pluie et la neige – et même des animaux. Les boîtes contenant le matériel technique devaient être exceptionnellement robustes, en même temps que virtuellement invisibles, pour que rien n’y pénètre et n’y endommage le câblage.

Les trois projets présentaient chacun leurs défis, mais avaient en commun d’ouvrir à peu près en même temps au public. Le 16 juin 2021 pour 1600 °C : l’épreuve du feu et huit jours plus tard pour Parc Oméga, soit le 24 juin. Currents: Niagara’s Power Transformed a été lancé peu après, le 3 septembre 2021. En dépit des échéanciers serrés, des dates qui se chevauchaient et d’une pandémie mondiale, Thinkwell Studio Montréal s’est mobilisé pour réaliser les trois expériences avec le plus grand soin et énormément d’essais.

Rapport sur les tendances en matière d’expérience des visiteurs – maîtrise des algorithmes

Algorithme

Le mot algorithme, qui désigne familièrement les moteurs de recommandations qui personnalisent bon nombre de nos résultats de recherche en ligne et de nos fils d’actualité sur les médias sociaux, est étonnamment devenu l’une des formes les plus controversées de l’intelligence artificielle (IA) dans le discours public.

Les algorithmes, conçus pour aider les gens à trouver plus vite ce qu’ils recherchent et à découvrir des éléments qui correspondent à leurs champs d’intérêt, ont aussi été critiqués parce qu’ils peuvent entraîner des habitudes de consommation qui se renforcent d’elles-mêmes, surtout sur les réseaux sociaux, et qui peuvent en partie expliquer les tendances de polarisation politique et d’idéologies extrémistes. En dépit de leurs réserves, la plupart des gens utilisent certaines formes d’algorithme (et en tirent même plaisir) dans le cadre de leurs expériences quotidiennes en ligne. La technologie s’intègre d’ailleurs de plus en plus à plusieurs expériences sur place, une tendance qui n’est pas près de disparaître.

Le sixième rapport annuel de Thinkwell sur les tendances en matière d’expérience des visiteurs a été l’occasion de prédire et d’envisager de nouvelles manières d’intégrer des technologies d’IA (comme les algorithmes de recommandations) aux parcs d’attractions, aux musées et aux complexes touristiques. Il a surtout permis d’écouter ce que les visiteurs souhaitent réellement en obtenir, et d’y réfléchir.

Un sondage a été mené auprès de 1 300 personnes dans le cadre du rapport sur les tendances. Des concepts hypothétiques d’IA appliqués à des parcs d’attractions, des musées et des complexes touristiques ont été présentés aux participants, qui devaient indiquer leurs préférences. Un grand nombre de ces concepts intégraient des algorithmes de recommandations à l’expérience des visiteurs : 

  • Un parc d’attractions pouvait éliminer les files d’attente en les rendant virtuelles et en faisant recommander un horaire par l’IA.
  • Un musée pouvait créer une visite virtuelle personnalisée en fonction des champs d’intérêt du visiteur.
  • Un complexe touristique, en période de pointe, pouvait prévoir automatiquement les réservations et les activités disponibles pour les touristes susceptibles d’y prendre plaisir.

Globalement, les participants, pour des raisons personnelles, ont accordé une bonne note à ces concepts. Toutefois, une tendance constance s’est dégagée de toutes les données relatives aux préoccupations des participants.

Les visiteurs souhaitent contrôler leurs expériences.

L’aspect le moins aimé des trois concepts était la capacité proposée de la technologie de structurer l’expérience des visiteurs et de planifier pour eux, perçue comme réduisant leur pouvoir personnel et leur spontanéité. De 41 à 51 % des participants de chaque catégorie partageaient ces préoccupations.

Fait intéressant, cette préoccupation était distincte de la confiance des participants dans la capacité des algorithmes de formuler de bonnes recommandations avec exactitude. Au sujet du concept pour le complexe touristique, 50 % des répondants ont déclaré souhaiter plus de contrôle sur leurs plans, mais 33 % seulement ont dit ne pas se fier à l’algorithme pour faire de bonnes recommandations. Ces chiffres suggèrent qu’un sous-ensemble de personnes s’attendent à prendre plaisir aux recommandations du système, mais qu’elles n’aiment pas ne pas avoir la liberté de choisir elles-mêmes. De plus, 37 % des participants ont indiqué que la capacité de découvrir de nouvelles activités était l’une des principales raisons favorables au concept.

En effet, si l’on faisait abstraction des aspects de planification obligatoire, les participants ont réagi plutôt positivement à la capacité de la technologie de suggérer des recommandations en fonction de leurs champs d’intérêt. Quant au concept pour le musée, 49 % des répondants s’inquiétaient de leur capacité de se déplacer librement (la préoccupation la plus courante), mais 53 % réagissaient positivement à l’idée de voir uniquement des expositions liées à leurs champs d’intérêt. Cet aspect a obtenu le taux de réponse positive le plus élevé de tous les concepts proposés pour un musée par le sondage.

Bien que les attractions touristiques s’efforcent de toujours offrir le plus de choix possible aux visiteurs, la demande croissante pour des expériences de qualité a rendu nécessaires les systèmes de gestion de la capacité, comme des files d’attente virtuelles et des réservations planifiées, pour limiter les options des clients. L’achat de billets en ligne pour les musées implique bien souvent de sélectionner une date, les activités populaires des complexes touristiques exigent de réserver et les files virtuelles pour les attractions attribuent fréquemment une plage de retour limitée. Les algorithmes de recommandations peuvent aider ces systèmes à offrir de meilleurs choix aux visiteurs en cas d’options limitées, mais ils peuvent aussi détourner complètement des recommandations les visiteurs si ceux-ci les associent à une technologie qui les empêche de s’engager comme ils le souhaitent.

Les technologies de recommandations appliquées aux expériences sur place doivent servir à autonomiser les visiteurs. Il est important de donner à ces derniers, pour un avenir rapproché, une raison de se fier aux algorithmes pour découvrir de meilleures expériences qui sont déjà à leur disposition. Si des restrictions sont requises, elles doivent être transparentes pour permettre aux visiteurs de garder le plus de contrôle possible sur leur expérience, sans rien demander de plus que le strict nécessaire.

À long terme, il est possible que l’IA progresse suffisamment pour rendre invisibles aux visiteurs ces recommandations et restrictions. Un système d’IA pourrait, avec une prévision probabiliste détaillée, déterminer pour chaque visiteur le trajet qu’il serait le plus susceptible d’emprunter et les décisions qu’il prendra, et garder plusieurs réservations « fantômes » pour les options qu’il est le plus susceptible de souhaiter. Ces réservations numériques invisibles pourraient être constamment réattribuées par le système en fonction des fluctuations de la demande et des mises à jour de l’algorithme quant aux recommandations prévues selon des données en temps réel. Les réservations « fantômes » ne seraient activées et rendues concrètes qu’au moment où le visiteur arriverait au restaurant, à l’attraction ou à l’exposition, etc., comme si pendant tout ce temps cela avait été son choix spontané.

De toute évidence, pour réaliser cette vision, il faudra surmonter beaucoup de défis logistiques et technologiques. Mais le développement de l’IA ne ralentira pas. En tant que concepteurs d’expériences, il est essentiel que nous prévoyions nous-mêmes les possibilités, ce qui implique de comprendre ce que nos visiteurs souhaitent réellement. L’IA ne peut manifestement pas se substituer à la prise de décisions humaine. Nous sommes justement des êtres humains et nous souhaitons tous être respectés dans nos choix et notre libre arbitre. Mais parfois, cela signifie aussi de s’appuyer sur une recommandation fiable.

Communiqué de presse : Ouverture de la centrale électrique de Niagara Parks “Currents : Niagara’s Power Transformed”

THINKWELL GROUP FÉLICITE LA CENTRALE ÉLECTRIQUE DES PARCS DU NIAGARA POUR L’OUVERTURE D’UNE NOUVELLE EXPÉRIENCE MULTIMÉDIA, CURRENTS: NIAGARA’S POWER TRANSFORMED

Thinkwell Studio Montréal a conçu et produit la toute nouvelle expérience immersive de la centrale électrique des parcs du Niagara, en collaboration étroite avec la Commission des parcs du Niagara.

Montréal (Québec, Canada), le 3 septembre 2021 – Currents: Niagara’s Power Transformed, par Thinkwell, est un spectacle son et lumière grandiose présenté au cœur d’une centrale hydroélectrique centenaire et qui suit l’incroyable transformation de l’eau en électricité. Présentant des techniques immersives et interactives de mise en récit, Currents propose une expérience multisensorielle extraordinaire parmi les énormes génératrices déclassées de la première grande centrale construite du côté canadien de la rivière Niagara. Thinkwell Studio Montréal a conçu et produit la toute nouvelle expérience immersive de la centrale électrique des parcs du Niagara, en collaboration étroite avec la Commission des parcs du Niagara.

Dans un espace industriel de plus de 5 500 mètres carrés et vieux de 115 ans, Thinkwell a créé un spectacle nocturne d’une durée de 40 minutes, ponctué de projections et de jeux de lumière. Au lieu d’utiliser des solutions toutes faites, Thinkwell a conçu des outils entièrement personnalisés pour ce projet et a utilisé un réseau de 23 projecteurs et de 35 haut-parleurs, ainsi que des systèmes exclusifs de suivi interactif et d’autocalibration des projecteurs afin de faire revivre la centrale.

Même si le projet concernait à l’origine un spectacle multimédia traditionnel avec places assises, l’équipe de Thinkwell a trouvé encore plus prometteuse la beauté de la centrale en veilleuse, et a envisagé la création d’une expérience entièrement interactive et immersive que le public ne se contente pas de regarder, mais de vivre, alors que le spectacle nocturne son et lumière envahit la salle des génératrices.  

Après la fin de ses activités et son déclassement en 2005, la centrale a rouvert en tant que lieu touristique historique, puis s’est transformée en un spectacle son et lumière époustouflant, immersif et interactif, jalonné de projections et faisant appel à une musique originale saisissante et à des technologies réactives que Thinkwell Studio Montréal a conçues et développées exclusivement pour ce projet. Les visiteurs de tous les âges sont invités à suivre le récit du spectacle, qui recrée la transformation de l’eau en électricité à partir d’une minuscule goutte des chutes du Niagara qui chemine dans les turbines pour devenir une étincelle électrique. 

« Le spectacle ne s’adresse pas uniquement aux adultes, a déclaré Émilie F. Grenier, directrice de la création de Thinkwell Studio Montréal. Il s’inspire des enfants et de leur faculté d’émerveillement, de leur désir de découvrir des endroits réellement uniques et de tout explorer. Nous avons ajouté des personnages d’enfants dès le début du spectacle dans l’espoir d’inciter les gens à conserver leur caractère ludique et leur soif de découvertes. »

Thinkwell Studio Montréal, qui a fourni des recommandations quant à la conception, des concepts créatifs et des technologies de projection, et qui a réalisé le projet, est fier de présenter une expérience unique et immersive à tous les visiteurs de la centrale électrique des parcs du Niagara. 

Currents: Niagara’s Power Transformed sera donné quatre fois par soir pendant toute l’année prochaine, à compter du 3 septembre 2021.

Relations avec les médias

Jake Williams

Spécialiste de projet, Marketing

[email protected] 

Thinkwell, la transformation

La sortie de la pandémie se profilant aux États-Unis, il est temps de vous présenter un rapport d’étape sur Thinkwell. Au cours des 15 derniers mois, nous avons indiqué que nous lancions au sein de Thinkwell notre conseil sur la diversité et l’inclusion, composé de bénévoles de l’entreprise. Nous avons parlé de « Thinkwell 3.0 », projet qui réinvente notre culture interne pour réduire la toxicité, améliorer le moral et mettre en place une structure de soutien pour les membres de l’équipe en télétravail. Notre studio de Montréal, par exemple, met largement l’accent sur la santé mentale. Nous travaillons aussi actuellement sur notre cible de durabilité, à l’interne et à l’externe, pour les projets de nos clients. Toutes ces initiatives ont amélioré Thinkwell.

Mais la pandémie n’a pas été de tout repos. Il a fallu repenser nos superbes studios de Media Center Drive, à Los Angeles. À Thinkwell, nous adoptons officiellement un modèle de travail hybride – travail de n’importe où et collaboration sur place. Nous avons donc réfléchi à nos besoins en espaces et avons réduit notre empreinte dans notre bâtiment de Los Angeles. Thinkwell Media reste dans les locaux actuels certifiés MPAA au 2710, Media Center Drive, où se trouvent aussi des espaces de bureaux pour nos équipes de Los Angeles et des salles de conférences pour les rencontres et les présentations en personne avec les clients.

Alors que nous continuons d’évaluer nos besoins en locaux et de réfléchir à un nouvel emplacement potentiel, nous avons pour but de créer un magnifique espace de travail hybride à Los Angeles pour nos clients mondiaux et nos bureaux, espace qui reflète les valeurs de notre entreprise, mais aussi notre manière de travailler personnelle. Des aires de travail flexible, de collaboration et de tranquillité, ainsi que des salles de conférences et de présentations, rempliront le nouveau siège social de Thinkwell. Nos nouveaux bureaux, conçus pour le modèle de travail hybride que nous avons adopté, auront pour essence de maintenir les flux de discussion et de travail, tout en assurant une communication et une collaboration fluides entre tous les membres du personnel de Thinkwell, dans le monde entier.

Nous étions emballés de présenter à la planète nos nouveaux studios (à l’époque), lorsqu’en 2015 nous avons déménagé au Media Center Drive, et nous restons emballés de vous tenir au courant de nos nouveaux plans de collaboration et de nos changements en cours à notre siège social de Los Angeles. 

 

 

 

Trend Report Deep Dive : Un Regard Sur Les Biais de L’intelligence Artificielle

Le développement rapide de l’intelligence artificielle (IA) a ouvert une fenêtre dans le temps pour discuter, débattre et rêver des nombreuses conséquences que cette technologie peut avoir sur tous les aspects de notre vie. Nous sommes sur le point d’entrer dans une ère où les machines sont en mesure de reproduire l’intelligence humaine, et il y a là matière à réflexion sur les enjeux et les questions à la signification de l’humanité.

Le sixième rapport annuel de Thinkwell sur les tendances en matière d’expérience des visiteurs ne concerne pas seulement les possibilités futures de l’IA dans le cadre d’expériences fondées sur le lieu, mais aussi les réalités et les défis des personnes qui utilisent l’IA. Le sondage et le rapport ont été créés au cours d’une année difficile qui a exposé les nombreuses manières dont les différentes identités humaines entraînent des expériences vécues largement divergentes. Nous avons observé la preuve de divisions profondes et de conflits raciaux, sociaux, économiques et propres aux genres dans des manifestations récurrentes, dans des révélations troublantes de harcèlement et d’agression, dans la létalité disproportionnée d’une pandémie selon l’âge, l’ethnicité et le statut socio-économique, et dans l’écart qui se creuse entre les différents groupes économiques. 

Pour ces raisons, nous avons jugé important que ce rapport sur les tendances en matière d’expérience des visiteurs relativement à l’IA comprenne, dans le cadre de son sondage mené auprès de 1 300 personnes, des questions qui permettent d’évaluer la manière dont la race, le genre et l’âge influencent l’attitude générale des gens à l’égard des technologies émergentes en IA, ainsi que leur expérience directe de celles-ci. Les réponses à ces questions ont été résumées dans deux articles d’analyse de données qui accompagnent le rapport principal sur les tendances.

  • Les biais dans l’IA : quelle est l’expérience des gens par rapport aux biais dans l’IA? Comment régler le problème?
  • Écart générationnel : dans quelle mesure l’âge détermine-t-il l’attitude à l’égard de l’IA?

Voici quelques-unes des principales constatations de ces rapports :

  • L’identité raciale des répondants a compté jusqu’à 15 % dans la différence d’expérience directe déclarée de biais et dans les préoccupations générales concernant les biais dans l’IA. 
    • Les Asiatiques ont déclaré avoir le plus de préoccupations et d’expériences, et les Blancs en ont déclaré le moins.
  • Les préoccupations des hommes et des femmes à l’égard des biais dans l’IA étaient semblables. Les hommes se sont montrés plus affirmatifs en donnant des exemples de biais qu’ils ont personnellement vécus que les femmes, plus incertaines à cet égard.
  • Les jeunes étaient plus préoccupés par les défis de l’IA (et favorables à la réglementation de cette technologie) et plus optimistes quant à ses avantages futurs que les personnes des générations précédentes.

Les implications de ces données devraient avoir un effet notable sur la conception d’expériences sociales qui font appel à l’IA. Par exemple, les technologies de reconnaissance faciale ont été vantées pour leur capacité à offrir des expériences de visiteurs plus personnalisées, transparentes ou interactives. Toutefois, des preuves émergent de leur performance inégale devant certains teints, certaines races ou certaines caractéristiques faciales liées au sexe – elles ciblent donc ou excluent injustement certaines personnes. En outre, la présence même de ces technologies peut déclencher ou renforcer les préoccupations actuelles des visiteurs. Les données suggèrent également que les jeunes, en particulier, pourraient exiger plus de transparence sur la façon dont l’IA est utilisée dans le cadre de l’expérience des visiteurs.

Combattre les biais exige une approche proactive. À Thinkwell, nous croyons que le design inclusif doit mobiliser tous les membres de l’équipe de conception et de développement, et que l’équipe doit comprendre des personnes aux horizons, aux identités et aux points de vue diversifiés, et ce, à tous les échelons de l’entreprise. Pour incarner proactivement cette conviction, Thinkwell a établi un conseil sur la diversité et l’inclusion. Le conseil doit continuer de cerner les défis et les solutions possibles, dans le but de faire entendre la diversité des voix de notre entreprise comme de notre secteur. Un aspect modeste mais important de ce renforcement des voix comprend la collecte des données nécessaires pour mieux comprendre et combattre le racisme, le sexisme et l’âgisme au sein de l’industrie de conception d’expériences, une tâche que le rapport sur les tendances contribue à éclairer.